Pour les fondus de fondue

La bonne tomate-mozza et son rosé bien frais qui va avec sont encore bien loin.

Oui je sais c’est dur.
Alors, histoire de se remonter le moral, outre faire du ski dans la capitale et se prêter au jeu tordant de la bataille de boules de neige, aujourd’hui, je vous emmène dans l’antre de la fondue.
Oui parce que, je vous l’accorde, une bonne soupe suffirait à réchauffer les corps mais, soyons honnêtes, pour réchauffer les coeurs, on repassera.
Et puis s’il y a bien un intérêt à se les geler sévère, ce sont bien les raclettes, tartiflettes et leur célèbre vin chaud qui va avec.
Accompagnée d’une grosse bande d’amis, j’ai donc testé pour vous, une adresse on ne peut plus saisonnière dont j’avais beaucoup entendu parlé sans jamais y pénétrer.
Le refuge des fondus.
Une sorte d’annexe des Bronzés font du ski.

Et comme son nom l’indique, ici, vous n’aurez pas à faire ce systématique choix cornélien (au moins) : raclette ? tartiflette ? fondue ?  
Parce qu’au refuge des fondus, c’est plat unique.
Et même menu unique.
Vous aurez juste à choisir entre la bourguignonne et la savoyarde et entre le vin rouge et le vin blanc.
Ici, pas de chichi.
Mais pas de chichi du tout.
Deux grandes tables d’hôtes où on est serrés comme des boeufs, sur lesquelles on grimpe (littéralement) pour parvenir à s’asseoir côté banquette.
Croyez moi, c’est tout un concept (évitez les talons et les jupes je vous en conjure)
On y va en bande, sinon c’est pas drôle.
Et on s’arme de patience, sinon c’est pas possible.
Et puis on réserve, sinon c’est inenvisageable.
Mais je préfère vous prévenir tout de suite, la réservation ne vous épargnera pas l’attente, dans le froid.
On réserve à 22h-22h30 et on y entre à 23h.
Quant au service, je vous conseille d’être tolérants, même un poil zen, si vous ne voulez pas vous gâcher la soirée.
Parce que le service est comme l’endroit : brut de décoffrage, à la bonne franquette et sans l’ombre de délicatesse.
Ca c’est dit.
Une fois assis (à peine réchauffés), voilà qu’on nous sert l’apéro.
Des petites choses à grignoter et un liquide dont je ne pourrais absolument pas vous dire ce qu’il contient.
En toute simplicité donc.
Une fois apaisés de notre faim devenue quasiment insupportable (je vous rappelle quand on attendu longtemps), nous voilà prêts pour la fondue, reine de l’endroit.
Avant, on choisit le vin.
Enfin, choisir le vin est un bien grand mot.
On choisit entre le blanc et le rouge. Un point c’est tout.
Particularité de l’endroit, on boit dans des biberons !!!!!
Alors forcément, mon côté Peter Pan est comblé.
J’adore le concept.
Et côté fondue, la magie opère.
Bien qu’on ait l’âge de faire des enfants, nous voilà comme des gosses en train de tremper nos petits bouts de pain dans le fromage en attendant que son voisin fasse tomber le sien et qu’on puisse lui donner son gage.
Pas de bol, c’est moi qui l’ai eu.

Et histoire d’apporter un peu de fraîcheur après un tel festin bien gras, bien riche et bien chaud, on nous sert une salade de fruits.
Oui enfin, ne vous attendez pas à une belle salade de fruits frais, attendez plutôt la version cantine.
Ahhhh je vous avais dit. Sans chichi.
Et côté déco, c’est pareil.
Sans chichi donc.

Donc si je résume, si vous avez envie de passer une bonne soirée, sans chichi avec tous vos amis, partager une bonne fondue, le tout sans vous ruinez, c’est l’endroit qu’il vous faut.
LE REFUGE DES FONDUS
17 rue des Trois Frères
75018 Paris
01. 42. 55.22.65

S.L.B

Vous aimerez aussi

2 Comments

  1. 1
    • 2

      Honnêtement j’ai aimé cet endroit !!! on a passé une super soirée !!! mais je devais préciser les petites particularités de cet endroit ! Il faut vraiment y aller sans se prendre la tête !
      Pour Michelangelo, je ne peux que te forcer à y aller !!! C’est, de loin, mon resto préféré de la capitale !! J’y suis allée 2 fois et les 2 fois j’ai passé une soirée magique !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>