Rudyard et Joséphine

Comme me l’a si gentiment fait remarquer ma super cousine qui me fait l’honneur de me lire religieusement depuis le premier jour, cela faisait un petit moment que je n’avais pas déniché d’hôtel.
Et ma pauvre rubrique « Nids douillets » s’en est retrouvée fort dépourvue.
Mais aujourd’hui je me rattrape dignement puisque j’en déniche deux en même temps.
Clap Clap.
Deux hôtels parisiens ouverts il y a peu, à un numéro l’un de l’autre, à deux pas (même pas) du Moulin Rouge.
Deux hôtels, deux ambiances.
Deux « boutique hôtels » comme on dit, un genre qui a le vent en poupe (comme on dit, bis) aux univers totalement différents mais tous deux à l’effigie d’un personnage qui a marqué l’histoire.
Le premier s’appelle R.Kipling.
Et je vous le donne en mille, il fait référence à… Rudyard Kipling.
Forcément.
Pensé comme une demeure de gentleman à la touche british post coloniale, l’hôtel est intimiste et chaleureux à souhait.
Inspiré des voyages et de l’Asie (les deux grandes passions de notre cher Rudyard), l’hôtel dispose de 40 chambres dont 2 suites.  
Suivez le guide.

On commence avec le hall chargé en papier peint et en fauteuils club.
Une remontée dans le temps plutôt réussie.

On continue avec la visite d’une suite très verte et très coloniale dans les hauts étages de l’immeuble, lumineuse et spacieuse avec une vue sur les toits de Paris.

On continue avec une autre suite bourrée de charme avec sa grosse poutre apparente (idées mal placées interdites).
Même déco, même univers.

Et hop, on prend les escaliers typiques d’un immeuble parisien et on arpente les autres étages du Kipling.

Ambiance bleue de rigueur cette fois, et lit single mais king size.

Un peu plus loin « au bout du couloir », une autre chambre bleue, double cette fois.

Hotel R.Kipling 
65 rue Blanche 75009 Paris
01 55 31 91 99
A partir de 132 euros la nuit


La déco ne vous plait pas ? Vous n’êtes pas fan de Kipling ?
Pas de panique, il n’y a qu’à traverser la rue pour se retrouver dans l »autre hôtel du même groupe.
Le Joséphine.

Même principe.
L’hôtel est à l’effigie d’un personnage ayant marqué l’histoire.

Baker.
Joséphine Baker.

Plus féminin (forcément) dans la déco, l’hôtel Joséphine a beaucoup de charme.
Beaucoup plus que le Kipling à mon goût.

Une déco signée Julie Gauthron, inspirée de l’époque cabaret, la modernité en plus.
Très cosy, très glam, très coloré, cet hôtel est un petit bijou.

Coup de coeur pour cette jolie suite spacieuse au denier étage avec une jolie terrasse sur les toits de Paris et une baignoire à l’ancienne.

Autre chambre dans les tons rouges, mignonne comme tout.

Même esprit, grosso modo même déco, dans les bleus cette fois.

Et pour ceux qui n’aiment ni le bleu ni le rouge, l’option verte est également envisageable.
Ouf, nous voilà sauvés d’un terrible drame coloriel.
(oui je sais ce mot n’existe pas mais il devrait, il est tout simplement essentiel dans cette phrase)

Dans les parties communes, même ambiance.
Ambiance boudoir cosy, chaleureux et glamour oblige.

On peut prendre un petit verre dans le salon bibliothèque.

On peut se remémorer de bons souvenirs de la mythique Joséphine.

Et on peut prendre son petit déjeuner dans la très très très jolie « cave » de l’hôtel.

Hôtel Joséphine
67 rue Blanche 75009 Paris
01 55 31 90 75

A partir de 167 euros la nuit

Kipling ou Joséphine, à vous de choisir.

S.L.B

Vous aimerez aussi

5 Comments

  1. 1
  2. 3
  3. 5

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>