From Strasbourg…with Sofitel

Il y a quelques semaines,la veinarde que je suis a eu le joli privilège d’être invitée à passer deux jours à Strasbourg par Sofitel Grande Ile.


1. Je n’étais jamais allée à Strasbourg (et pour tout vous avouer je n’étais même jamais allée Gare de l’Est)
2. Cela faisait des années que je rêvais de faire le marché de Noël de Strasbourg (tout ça parce qu’ils en parlent tous les ans au JT)
Et 3. Nous avions la chance de séjourner au Sofitel pour deux nuits.

Autant vous dire que je n’ai pas hésiter longtemps avant de dire OUI à ce petit blog trip strasbourgeois…à moi le room service, le lit king size, le vin chaud et le pain d’épice !
Cela étant dit, il me reste plein de choses à dire, je vais donc tâcher d’organiser mes propos et ne pas vous noyer dans mes jolies photos.
Donc je commence tout naturellement par vous parler de ce divin Sofitel, entre tradition et modernité, luxe et convivialité, où la ville de Strasbourg et la région d’Alsace se mêle avec beaucoup d’harmonie avec le standard Sofitel.
Sait-on jamais, si vous allez à Strasbourg et si vous avez l’occasion d’y dormir pour une belle occasion, d’y diner ou simplement d’y boire un verre, cela pourra toujours servir.

 
 
 
 
 
Un joli cadre, vous en conviendrez. D’autant plus joli que l’hôtel dispose d’une belle cour intérieure et ça c’est chouette. 

 
 
Une cour intérieure pas comme les autres puisque y ont été installées récemment…des vignes ! De vraies vignes pour faire du vin, plutôt original, non ? Et c’est un vigneron de la région, Jean-Daniel Hering qui a accepté ce pari fou et qui a aussi eu la gentillesse de nous convier à une dégustation de ses vins le deuxième soir dans cette cour hors du commun, armés de plaid et de torches pour ne pas qu’on meurt de froid.
 
  
Parallèlement au clin d’oeil de ces vignes à l’Alsace, il suffit de monter dans les étages pour se rendre compte que la ville de Strasbourg est subtilement partout, notamment sur la moquette avec le célèbre serment de Strasbourg imprimé.
 
 
Côté chambre, on a eu l’occasion de visiter les grandes et belles suites de l’hôtel. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai toujours adoré visiter les chambres des hôtels et là, on n’a pas été déçu.

 
 
 
 
Quant à moi, j’ai séjourné dans cette très agréable chambre pendant 2 jours ; le temps de devenir totalement accro…au lit. La taille, la quantité d’oreillers, la couette, bref, le retour chez moi fut difficile. Si difficile que je suis à deux doigts de demander un prêt à mon banquier pour m’acheter le même. Oui parce qu’ils le vendent figurez vous !!!
 
 
Côté resto, direction le Goh, tenu par un adorable chef (si si je vous jure ça existe un chef gentil), Stéphane Umbert, fier d’être alsacien et passionné de cuisine. 
Résultat ? Des petits déjeuners et des repas gourmands, généreux et tout simplement délicieux.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Entre l’oeuf poché venu d’ailleurs, les bons bretztels bien chauds, le feuilleté à la langouste et le dessert tout chocolat, mon palais fut tout émoustillé et mon estomac, repu.

Et sous ses airs de resto gastro, Goh propose un menu à 35 euros (j’dis ça, j’dis rien)

Goh 
4 Place Saint-Pierre le Jeune, 67000 Strasbourg

03 88 15 49 00

Changement de registre avec trois enrichissantes rencontres que l’on a eu l’occasion de faire pendant ces deux jours avec mes autres comparses blogueurs : Manon, François, Andy, Céline et Bérangère.
Tout d’abord avec l’architecte de l’hotel qui s’est occupé de sa rénovation, Monsieur Nicolas Adnet autour d’un cocktail déjeunatoire des plus fameux. Un moment passionnant, forcément.

 
 
 
 
 
Une rencontre suivie par celle d’Eric Humbert, un joallier alsacien de père en fils, qui nous a ouvert les portes de son atelier privé. 
 

Un drôle de personnage passionné par les voyages et les belles pierres.

 
 
 
 
 
Pour ma part, gros coup de coeur pour la ligne « Bretzel », un joli clin d’oeil à la belle Alsace. 
 
Trop chou, non ?
Suite et fin de ces belles rencontres dans les cuisines du Sofitel avec une jeune et talentueuse pâtissière du Goh qui nous a appris à faire des bredele à l’anis, véritable institution de Noël alsacienne.
 
 
Voici la recette de ces délicieux bredele à l’anis, si vous voulez les faire à la maison : 
  • 300 g de farine
  • 250 g de sucre
  • 3 oeufs
  • 1 cuil. à soupe d’anis en grains

  • Battez les oeufs et le sucre durant 15 minutes jusqu’à obtention d’une mousse épaisse et blanche, ajoutez les grains d’anis
  • Incorporez doucement la farine tamisée, la pâte obtenue est assez ferme
  • Sur une tôle beurrée et légèrement farinée (ou un papier sulfurisé) disposez la pâte à anisbredele en petit tas à l’aide de deux petites cuillères ou d’une poche à douille
  • Laissez reposer les anisbredele à température ambiante durant minimum 6h ou au mieux toute une nuit
  • Faites cuire les anisbredele le lendemain à four moyen, 180°C durant 10min environ, le dessus des bredele doit rester blanc, dressé sur un petit socle doré

Changement de décor avec le quartier européen, où je ne peux que vous conseiller d’y faire un tour. On en entend souvent parlé, ce serait dommage de passer à côté. D’autant plus qu’il est possible de visiter le parlement européen ou, comme nous, le conseil de l’Europe. Une visite fascinante et super intéressante.

 
 
 
Website: http://hub.coe.int/fr/
Contact: visites@coe.int
On continue avec les visites culturelles à faire direction la fameuse cathédrale de Strasbourg. Même si généralement je ne suis pas fan de ce genre de visites, je dois reconnaître qu’elle vaut le détour.
 

Et parce qu’on ne peut comprendre une ville sans en arpenter les rues, le soleil de plomb et le ciel bleu nous ont accompagné pour une petit balade entre colombages et pavés.

 
 
 
 
Des rues d’autant plus jolies en cette féerique période de Noel puisque à Strasbourg Noël est partout. Surtout pensez bien à levez les yeux à chaque coin de rue.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Des rues rues entières habillées par les belles décorations, des rues envahies par les célèbres marchés. Mais attention, ne vous égarez pas…même si vous croiserez un marché tous les mètres (moi, exagérer ? Jamais !), seuls deux d’entre eux valent le détour.
Celui de la place Broglie, LE vrai, l’authentique marché de Noel de Strasbourg. Mais je vous arrête tout de suite, même dans celui-ci, vous n’échapperez pas aux pommes d’amour, objets made in China et autres attrape-touristes (tout comme dans les reportages d’Enquête Exclusive finalement)
 
 
 
 
Et le deuxième marché à faire est celui situé dans le quartier de la Petite France, connu pour ses nombreux canaux, ses pavés et ses colombages traditionnels. Je vous en conjure, prenez du temps pour vous perdre dans ses petites rues, vous ne serez pas déçus.
Mais revenons à notre marché, un marché artisanal spécialisé dans les spécialités culinaires alsaciennes : pain d’épice, bredele et j’en passe.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Et parce que faire un marché de Noël strasbourgeois sans boire de vin chaud serait une hérésie (au moins), je vous conseille de goûter celui des Petits enfants des pauvres, une gentille association, située dans le marché de la place Kleber. Parait-il le meilleur de la ville, parole d’un vrai strasbourgeois. 

Et voici la vraie recette du vin chaud alsacien à refaire à la maison (au coin du feu pour les heureux propriétaires de cheminée) :

Un litre de Pinot noir
250 grammes de sucre en morceaux
Un bâton de cannelle
Deux étoiles de Badiane (anis étoilé)
Deux clous de girofle
Un peu de muscade râpée
Un citron non traité
Deux oranges non traitée


Les étapes de notre recette de Vin Chaud Alsacien
Récupérez les zeste de la moitié de l’orange et de la moitié du citron
Mélangez le vin, le sucre, la cannelle et les zestes
Laissez frémir sur feu moyen pendant 3 à 5 minutes
Ajoutez les épices
Chauffez à feu doux pendant vingt minutes sans faire bouillir
Découpez les oranges et le citron en dés
Disposez dans chaque verre quelques dés d’orange et de citron
Versez à l’aide d’une passoire le vin chaud alsacien dans des verres 

Last but not least, je vous laisse avec un joli cadeau…les bonnes adresses du concierge Clé d’Or du Sofitel, Mathieu Glaser. Et croyez moi, elles valent de l’or.
Les salons de thé :
– Christian, rue de l’Outre et rue Mercière
– Au fond du Jardin, rue de la Râpe

Les restaurants :
– Chez Yvonne, rue du Sanglier : restaurant certes connu et reconnu de part sa notoriété, mais nos clients sont toujours accueillis de la plus belle des manières et en reviennent enchantés.
– Ami Schutz, Pont Couvert :Idem que Chez Yvonne mais situé dans le quartier de la Petite France. En été le restaurant offre une des plus belle terrasse de Strasbourg en plein coeur de la vieille ville
– Kobus, rue des Tonneliers : restaurant proposant une cuisine dite « française » de très
bonne qualité et Eric, le patron, vous accueille comme si vous alliez manger chez lui.
– La Perle des Saveurs, rue des Dentelles : petit restaurant en plein coeur de la Petite France, au fond d’une magnifique cour, sans prétention aucune. Je dirai simplement une adresse de qualité et discrète.
– Buerehiesel : Eric Westermann a repris d’une main de maître cette maison familiale nichée au coeur du parc de l’orangerie tenue durant des années par son papa Antoine. Mention spécial pour Antoine

Les boutiques : 
– Noël en Alsace, rue des Dentelles, boutique permettant de se plonger dans l’univers de noël tout au long de l’année et d’y acheter des décorations de noël même en plein été.
– Mireille Oster, également rue des Dentelles. Mireille est le « reine » du Pain d’épice
en Alsace. En entrant dans son petit univers, le temps s’arrête et tous vos sens s’éveillent.
– La Droguerie, rue des serruriers. Que dire de cette adresse totalement « unique » à
Strasbourg. Bouton, tricot, petit bijoux, …. Une caverne d’Ali-baba pour petits et grands.
– Edouard Artzner, rue de la mésange. Foie Gras, choucroute ou charcuterie locale,
vous y trouverez votre bonheur.
– Boutique & Cheese Bar, rien à dire tout est dans le nom. Une boutique très sympa où on peut déguster environ une centaine de fromage, avant de pouvoir éventuellement en acheter.

Voilà j’en ai fini de mon récit strasbourgeois, j’espère que cela vous a plu et surtout que cela vous aura donné des idées et des envies de voyage.

Merci mille fois au Sofitel Grande Ile et toute son adorable équipe de nous avoir reçus et merci à Nastassia, Laetitia et Amandine pour ce beau voyage.

S.L.B

Vous aimerez aussi

12 Comments

  1. 1
  2. 3
    • 4

      Oui on a été pourris gâtés !!!!!!!!!! Le sofitel était vraiment top ! Merci de venir souvent me laisser des petits mots Argone, ça fait plaisir ! Sophie

  3. 5
  4. 7
  5. 9

    et bah voilà, je suis jalouse ! carrément !!
    je n’ai fait qu’un seul Sofitel (voyage de noces ile maurice) et c’est vraiment la classe le Sofitel sans le coté « vieillot » ou too much..
    très jolies photos !
    à priori accompagnées du soleil ?
    bizz

    PS : tu sais que c’est un peu chiant la captcha pour saisir des commentaires chez toi ? 🙂

    • 10

      Coucou Agrippine ! C’est vrai que c’était trop bien !!!! et oui, en plus on a eu du soleil ! Je vais regarder pour les commentaires…je ne savais pas que c’était chiant…Bisous

  6. 11

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>