Solyles se met à table

En Avril dernier, je vous parlais d’une nouvelle rôtisserie de haute volée qui avait ouvert à quelques rues de chez moi, rappelez-vous. Une rôtisserie où le poulet est vraiment meilleur qu’ailleurs, où on achète de bons oeufs, où on peut commander un bon club sandwich à emporter. Mais depuis quelques semaines, ils ont ouvert une partie « vrai resto » à l’arrière sous une belle verrière que j’ai eu la chance de tester autour d’un déjeuner convivial avec d’autres comparses blogueurs et journalistes. Et comme j’ai vraiment adoré, j’avais évidemment envie de tout vous raconter. Même si j’ai toujours bien aimé le poulet rôti du dimanche, surtout quand il s’accompagne de chips artisanales passées au four, d’une bonne salade verte, d’un bon coup de rouge (à consommer avec modération bien entendu) et qu’il est doté d’une peau bien croustillante à 1000 calories le millimètre carré, je ne suis pas une fan de poulet a priori. Pour moi ça a toujours été le bon compromis un peu sain mais pas l’éclate gustative ultime donc j’étais vraiment curieuse de savoir si ce nouveau spot parisien allait me faire changer d’avis, et croyez moi c’est chose faite. En même temps en faisant une déco aussi réussie, en prenant comme chef Christophe Haton, meilleur ouvrier de France 2011 et Toque d’or 2012 et en proposant de si bons desserts, je ne pouvais qu’être conquise. Place aux images pour continuer ce récit volailler.

Côté déco, je salue leur souci du détail, entre les coussins empaillés de foin et le luminaire designé spécialement pour le resto.

Sinon a gouté leurs délicieux pop corn parfumés, des ailes de poulet façon yakitori, des quarts d’épis de mais, des solyles poélés en persillade et une terrine en guise d’apéro à partager et là encore ils ont voulu poussé le concept jusqu’au bout des ongles pattes puisque tout a un rapport avec la volaille.

Et en guise de plat de résistance, sans surprise nous avons goûté leurs poulets : un nature avec une sauce aux morilles à tomber et surtout leur poulet contisé au citron. Sans rentrer trop dans les détails, en gros ils utilisent la méthode de contisage qui consiste à infiltré la saveur entre la chair et la peau et en fait…ça change tout. Je n’ai tout simplement jamais goûté un poulet pareil, c’était un pur délice ! Et tous les mois, la saveur change. Et sinon en guise d’accompagnement, il y avait la meilleure purée que je n’ai jamais mangé ainsi qu’une ratatouille et des pommes de terre grenaille. De quoi partager un diner ultra convivial et gourmand à souhait.

Et pour finir, nous avons vu passer une jolie farandole de desserts : du traditionnel fondant au chocolat, à la figue rotie, en passant par une brochette d’ananas pour finir sur une petite merveille : une pomme fourrée aux fruits secs. Là encore, a priori pas très fan des pommes puisque la plupart du temps mangées en période de régime, j’ai été archi surprise par le résultat, ce fut un dessert des plus gourmands. Chapeau Monsieur Haton !

Une belle adresse donc.

Solyles
74 Rue Damrémont 75018 Paris

Partager cet article

VITE UN RESTO

Vous aimerez aussi

2 Comments

  1. 1

    Miam, ça donne envie d’aller s’y attabler ! Mais est-ce que les accompagnements sont compris avec le poulet où il faut les commander à part (et donc payer un supplément) ?

  2. 2

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>